dimanche 15 mars 2009

L'hommage de Nicolas Sarkozy à Bashung.

C'est un prince qui ce soir nous a quittés, un immense poète, un chanteur engagé. Homme de scène et de studio, Alain Bashung avait créé un univers musical à l'esthétique sombre et élégante.

Il écrivait des élégies baroques, les habitait, puissantes, mélancoliques, violentes parfois. On pouvait être dérangé, mais on était toujours charmé. Alain Bashung était généreux avec son public, se montrait délicat, presque timide, protégé par ses lunettes noires, son chapeau et son harmonica. Il avait dominé les dernières Victoires de la Musique de la tête et du coeur et sans le savoir les Français, ce soir là, lui avaient dit au revoir. Nous prenons congé d'un immense artiste, qui marquera l'histoire de la musique. Nous saluons un homme que chacun aimait.

Une bio rapide là.

1 commentaire:

BiG a dit…

C'est vrai que c'est comique si on se rappelle qu'un an plus tôt, c'est Bashung qui rendait hommage à Sarkozy